A la découverte de la sérigraphie





L’Ouest hurlant est un festival consacré aux cultures de l’imaginaire, où se sont déroulés de nombreuses activités organisées par des professionnels du livre. Cet événement a eu lieu les 28 et 29 avril au sein de l’université de Rennes2 pour sa partie scolaire. La place des publics scolaires est centrale dans ce projet, car de nombreux collégiens, lycéens sont venu y assister, dont notre classe de troisième du collège Rosa Parks, qui s’est chargé de couvrir en tant que journaliste de MEDIAPARKS, les activités du jeudi matin.








Ainsi, moi et Neimati, nous nous sommes chargées de couvrir l’activité de sérigraphie animée par Anna Boulanger. De 10 à 11h, nous avons pu assister et aussi découvrir ce qu’est la sérigraphie, en même temps que des lycéens venant d’un lycée à Fougères. Anna Boulanger, autrice et illustratrice, a d’abord commencé par expliquer ce qu’est la sérigraphie et effectuer une démonstration. Il s’agit d’une technique d’impression directe. Idéal et économique pour un rendu de qualité sur les grandes séries d’impression. Elle permet de déposer l’encre directement sur le textile à travers un écran (pochoir), son procédé nécessite la création d’un écran par couleur, éventuellement d’un autre pour la sous couche, ce qui donne une sérigraphie finale avec une grande densité de couleur et une grande saturation des couleurs.






Les retours sur cette activité sont positifs, beaucoup découvraient pour la première fois la sérigraphie. « La sérigraphie fait partie de notre pratique et de nos envies de notre quotidien », nous dévoile l'animatrice. Anna Boulanger, ainsi que les deux autres animateurs, sont membres de l’Atelier du Bourg. Ils ont été contacté par les organisateurs de l’événement pour proposer un atelier de sérigraphie, autour des cultures imaginaires, en une heure, ce qui « est un temps un temps très restreint » nous a-t-elle dit, pour proposer une image qui reflète le festival, c’est pourquoi ils ont utilisé une partie du visuel de l’affiche officielle.

Par Nazanin MOHEBBI