Bienvenue en prison




Le milieu carcéral est une microsociété coupée de la société « civilisée » dans laquelle nous vivons habituellement. C’est un monde méconnu, un univers à part. Derrière les murs, les barbelés, les grilles, on ne vit pas, on attend, on survit !

Lors d’une première incarcération, il faut faire preuve d’adaptation, d’observation et de détermination car ici se côtoient tueurs, violeurs, addicts, trafiquants, enfermés pour des crimes et délits plus ou moins graves mais regroupés pour vivre ensemble plusieurs semaines, mois, années. Pour mieux comprendre le comportement à adopter, il faut comprendre le fonctionnement d’une prison.



La prison est divisée en plusieurs bâtiments que l’on fréquente en fonction de sa situation. En arrivant, chaque détenu passe sept jours au Quartier des Arrivants avant de se voir attribuer une place dans une cellule. Ce temps marque un tournant : on quitte notre vie, on s’éloigne de nos proches, on se ferme à la société. Sans argent et sans téléphone, il est dur de supporter la situation en attendant que les parloirs avec les familles se mettent en place. C’est à ce moment qu’il faut très vite prendre du recul et bien observer, les gens, les gestes, les allées et venues. Il faut apprivoiser ce nouveau milieu alors que l’isolement et la dépression guettent. Pour les consommateurs de stupéfiants, c’est aussi le besoin de trouver des fournisseurs pour obtenir de quoi « tenir ». Durant la promenade, on fait des connaissances, les anciens détenus donnent des conseils précieux.



Certains détenus, nommés « prévenus », sont en attente de jugement ou en procédure d’appel. Ils sont incarcérés en Maison d’arrêt 2. La Maison d’Arrêt 1 concerne les détenus déjà condamnés à une peine inférieure ou égale à 2 ans. Le « Centre de Détention », quant à lui, regroupe les condamnés à des peines plus lourdes. Pour les très longues peines comme les « Réclusions Criminelles à Perpétuité », il s’agit des prisons « Centrales ». A l’inverse, pour les très courtes peines ou les fins de peines, le « Quartier de Préparation à la Sortie » et des possibilités de « permission » qui permettent de préparer le retour à la vie normale.



Rien ne prépare à la prison : chaque histoire est singulière et chaque personne réagit à sa manière. Pour s’intégrer à un groupe d’affinités, d’âge ou d’ethnie, il y a mille comportements à adopter, il faudra expliquer quels sont les comportements à adopter afin de se protéger, d’apprendre à assumer ses erreurs et, pas à pas, commencer à se reconstruire.


Franck (Pseudo)