Brève explication des causes complexes de l’exclusion sociale






Le terme d’inclusion sociale fut utilisé par le sociologue allemand Niklas Luhmann (1927-1998) pour décrire des rapports entre individus et systèmes sociaux. En opposition au terme d’exclusion sociale, ce concept fait référence à un groupe d’individus considérés comme un tout (société) inclus dans un autre groupe d’êtres humains plus ou moins différents du premier groupe. Il réfère également à l’idée de relation que les individus entretiennent entre eux. Une société inclusive serait donc un ensemble d’individus entretenant des relations plus ou moins fortes avec les autres individus les entourant, sans exclure personne. Cependant, la société dans laquelle nous vivons ne correspond pas tout à fait à la définition que nous pouvons dresser d’une société inclusive. Notre société s’apparenterait plus à ce que nous pouvons nommer une société exclusive.

Le terme d’exclusion sociale a commencé à trouver un usage commun dans les années 1980, dans les sociétés post-industrielles, c'est-à-dire dans les sociétés dans lesquelles il y eut une montée en puissance d’éléments immatériels tels que l’information ou la connaissance. Ce phénomène de mise à l’écart et de marginalisation, n’a pas uniquement recours à celui de pauvreté bien qu’il y soit très souvent attaché. Par exemple, bon nombre de personnes n’étant pas incluses dans le marché du travail dans les sociétés occidentales, se sentent exclues. L’exclusion sociale reviendrait d’une certaine manière à nier l’identité d’un individu par le fait de ne pas le reconnaître comme égal aux autres. Cela peut concerner une grande variété de champs et de valeurs tels que le milieu social, le logement, l’éducation ou encore les croyances. Cette liste est bien évidemment non exhaustive si l’on prend en considération le fait que chaque société et chaque individu excluent les autres selon ses propres croyances, besoins, peurs, etc.

L’exclusion sociale est liée à différents facteurs plus ou moins liés entre eux et qui peuvent parfois trouver leurs origines dans des peurs et des besoins humains intrinsèques et inconscients. De ce fait, dans certaines situations, lorsqu'un individu appartenant à une société, exclut un autre individu appartenant à cette même société, c’est le plus souvent pour répondre à un besoin dont lui-même n’est pas conscient. Les causes de l’exclusion sociale sont tellement variées qu’il est difficile et long de toutes les énumérer. Cependant, il reste possible d’en déceler certaines plus récurrentes et génériques. Tout d’abord, le facteur éducatif jouant un rôle non-négligeable dans le développement d’un individu, il est évidemment une cause d’exclusion sociale dans plusieurs aspects. Premièrement, un enfant ayant des parents qui eux-mêmes ont une forte tendance à exclure d’autres individus dans la société, ont une chance accrue de reproduire le comportement de leurs parents par rapport aux enfants ayant des parents qui ont une tendance moins forte à exclure leurs pairs. En effet, le mimétisme des individus joue un rôle important dans l’exclusion sociale.

Les traumatismes et fortes peurs expérimentées lors de l’enfance et ayant provoqué chez certains individus un comportement compensatoire face à cet événement traumatisant peuvent également être à l’origine d’une forme d’exclusion sociale. Par exemple, un individu ayant été battu durant son enfance, et ayant toujours inconsciemment associé cela avec un de ses propres traits, sera plus enclin par la suite à exclure les individus partageant ces traits-ci. Le tristement célèbre Adolf Hitler en était une preuve. Il rejetait tous les individus correspondant à une liste de certains critères (homosexualité, front dégarni, nez bas et disgracieux, etc.) alors que lui-même correspondait à chacun de ses précédents critères. Les besoins sociaux humains pourraient également expliquer le phénomène d’exclusion sociale. En outre, chaque être humain à un besoin plus ou moins fort de relations sociales. Par conséquent, lorsque certaines relations sociales reposent sur une cohésion de groupe impliquant des procédés divers et variés consistant à reproduire l’action d’un pair visant à renforcer son appartenance au groupe, l’individu peut être amené à exclure un individu. Le harcèlement en est notamment un exemple. Nous en revenons donc à la notion de mimétisme social, mais cette fois-ci pour une raison différente.

Pour conclure, les causes de l’exclusion sociale sont variées et les exemples cités ci-dessus n’en sont qu’une petite partie donnant néanmoins une idée des origines de ce phénomène de société.

Ils prennent racine dans les peurs, besoins sociaux inconscients ou encore dans l’éducation et ne sont que le fruit d’un désir plus ou moins conscient d’éviter la douleur, principalement psychologique, mais également physique. Par conséquent, est-il envisageable de parler de société inclusive lorsque le phénomène empêchant l’existence de cette dernière est en réalité une sorte d’instinct pour échapper à la douleur ? L’existence même d’une société inclusive, ne serait-elle donc pas une entreprise irréalisable de par le caractère inconscient des différentes causes de l’exclusion sociale ?

Oriane HUET,

Rédactrice dans le journal L’Expression du lycée Jean Macé à Rennes.