Charlotte Marchandise : Redéfinir l'engagement



Charlotte Marchandise a 42 ans. Spécialiste des questions d’éducation et de santé publique, elle s’engage depuis 20 ans dans le milieu associatif contre les inégalités sociales. En 2013, elle fonde, un collège fondé sur la pédagogie Montessori près de Rennes. Depuis 2014, elle est maire-adjointe de la ville de Rennes, élue sans étiquette, déléguée à la santé et à l’environnement.



Le 31 décembre 2016, j’ai remporté le second tour de LaPrimaire.org, la primaire citoyenne sur Internet permettant à chacun et chacune de se présenter aux élections présidentielles en dehors des partis politiques traditionnels qui en termes de nombre d’adhérents ne représentent que 0,5% de la population. L'objectif de LaPrimaire.org est d'insuffler un nouvel élan démocratique à notre pays en favorisant le renouvellement de notre classe politique. 32.685 votants en ligne m’ont soutenue dans un scrutin novateur. Le jugement majoritaire permet d’évaluer chacun des candidats plutôt que de voter pour un seul d’entre eux. J’ai mené une campagne collective et rassemblé 135 parrainages d’élus en 2 mois, sur les 500 nécessaires pour être officiellement candidate.


Mon engagement associatif, au moment du lycée, tout comme mon engagement politique, 20 ans plus tard, viennent d'une révolte face à l'injustice. Les raisons de m'indigner ont évolué au cours de ces années militantes, pourtant l'élan qui me met en mouvement est toujours le même : la quête d'un monde plus juste. De manière plus large, la société civile revendique une nouvelle place et le numérique s'invite à travers ce qu'on appelle les « Civics-Tech ». Un vent souffle face au sentiment d'impuissance que bon nombre de

Français partagent. Les habitants, les associations ne veulent plus seulement être un contre-pouvoir, mais avoir réellement voix au chapitre. Passée la prise de conscience, les formes de l'engagement sont multiples : agir au niveau de sa rue, pour aider un voisin, ou s'impliquer dans une campagne internationale de Sea Sheperd pour mettre un terme au massacre des espèces dans les océans. Si les formes d'engagement sont multiples, elles sont aussi en pleine mutation. Ainsi le Carillon permet de favoriser les liens bienveillants et de proximité pour agir efficacement sur son territoire, entre sans-abri, commerçants et habitants, ou encore la Welcome Map qui permet aux réfugiés de trouver des informations utiles pour leur quotidien.


La dernière étude Cevipof (CNRS/Sciences Po) nous dit que 99% des jeunes pensent que les hommes politiques sont corrompus, et 63% « tous corrompus ». Ce chiffre est effrayant, d'une part parce que le constat est faux - non les politiques ne sont pas tous pourris- et d'autre part, par ce qu'il nous dit de la fracture béante qui existe aujourd'hui entre la classe politique et une bonne partie des jeunes. Mais l’engagement des adolescents dans Médiaparks me donne de l’espoir. Cet espace de créativité, d’information, et également

de liberté d’expression est certainement l’une des clés pour que chacun et chacune puisse développer les compétences qui font un citoyen émancipé : estime de soi et confiance en ses capacités, esprit critique et capacité à construire une nouvelle vision pour les enjeux à venir, de nos quartiers à notre planète. Je citerai pour finir les mots de Stéphane Hessel : « Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous, d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux. Quand quelque chose vous indigne comme j'ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé. »