Incivilités latentes






Chouaib et sa maman sont arrivés à Rennes le 28 août 2020, en provenance de Paris. Une fois arrivés en Bretagne, ils ont perçu des différences dans le respect que se portent les personnes en elles...



Shéhérazade


Je suis maman de quatre enfants, deux filles et deux garçons. J’ai vécu à Paris et je n’ai jamais pensé que la vie pouvait être si différente ailleurs, jusqu’à mon arrivée à Rennes. Mes enfants m’ont très vite parlé d’irrespect dans la rue et dans le collège, mais j’étais malheureusement absente à ces moments pour voir les choses dont ils me parlaient et qui les choquaient. Comme tous les parents, il était difficile pour moi de leur expliquer les différences d’éducation entre une personne et une autre. Je ne voulais pas juger. En tant que mère, je n’ai pas vu à quoi ressemblaient les interactions entre jeunes. Je ne faisais pas attention aux autres enfants que je croisais dans la rue, car je regardais seulement les miens. Tout était loin de mes yeux.




Chouaib


Après mon arrivée à Rennes, j’ai vu des choses que je n’avais pas observées à Paris. Bien sûr, je sais que, partout, il y a des enfants qui ne sont pas respectueux. La ville de Rennes est plus petite que Paris. On y remarque peut-être plus rapidement l’irrespect et les incivilités qu’ailleurs.

En me basant sur mon expérience, je pense que les élèves à Paris sont plus respectueux qu’à Rennes, en tout cas ceux que j’ai vus. Par exemple, durant mon premier jour d'école, la principale adjointe m’a emmené jusqu’à ma classe. Elle a vu un élève qui ne portait pas son masque sur le nez et lui a fait remarquer. En réponse, l’élève l’a insultée.

Parfois, il faut changer d’endroit pour apprendre à regarder autour de soi avec un œil neuf. Quand j’ai déménagé, j’ai oublié mes souvenirs de Paris. Je regardais vers l’avenir. Pourtant, je me souviens maintenant qu’à Paris aussi, il y avait un manque évident de respect. Une fois, une bagarre a éclaté entre deux élèves et l’un d’entre eux a frappé le surveillant qui essayait de les séparer pour pouvoir continuer à se battre. Au final, la violence est partout, même si on n’est pas prêt à la voir.



Shéhérazade et Chouaib Louize