La guerre des planètes



Texte proposé dans le cadre du concours de nouvelles du festival littéraire l'Ouest Hurlant

« Ce matin, des tas d’ordures jonchaient le pas de ma porte. Je n’étais pas le seul concerné. Tout le monde l’était. Un autre monde avait décidé que notre Terre lui servirait de poubelle »

Ce récit se passe dans la ville de « Landéhen » en 2050. L’autre monde, qui se nomme « Planète 6 », a décidé que la « planète 2 », ma planète, leur servirait de « terre déchet ». Toute la planète 2 était submergée par les déchets. Tout irait mieux si la planète 6 arrêtait de mettre leurs ordures sur ma Terre. J’ai décidé d’aller voir le roi de la planète 6 pour le convaincre d’arrêter de jeter ses déchets sur notre planète. J’ai préparé ma fusée de poche qui peut se glisser dans une poche et se déplier en moins quatre secondes en soufflant environ une ou deux fois dans un embout. Grâce à cet appareil, je peux me déplacer dans tout l’univers. Sans cet outil extraordinaire, je n’aurais pas pu sauver ma malheureuse planète. Quand je suis arrivé près de la planète 6, les vaisseaux de la police extraterrestre tout verts avec plusieurs yeux m'ont interpellé pour me demander ce que je faisais là.

« iysfgso<;uedgfqvel:ihrfdinvjc ? dit l'un d'entre eux.

J’avais oublié d’allumer mon traducteur. - Que faites-vous là ? Répète un autre. - Je suis là pour voir le roi de votre planète. » Répondis-je.

Sans poser de question, ils me laissèrent entrer dans la planète. Après de longues heures à chercher le palais du roi, je me suis mis à avoir faim ... j’ai trouvé un restaurant. Dans le restaurant les serveurs étaient tous des robots et les cuisiniers des créatures sans jambes et surtout sans yeux. Je me demande comment ils arrivent à cuisiner ? J’ai dégusté des grillons grillés dans une assiette en plastique qui finira sûrement sur ma planète, si je n’arrive pas à convaincre le roi. En cherchant le palais du roi, j'aperçu une fusée qui transportait des déchets , et je pensais malheureusement qu’elle atterrirait sur ma terre. Au bout de deux heures, je réussis enfin à trouver son palais. Il était très beau, tout orné d’or, il faisait bien 18 mètres de haut, la porte faisait peut-être bien quatre fois ma taille. Je voulus l’ouvrir, mais elle était fermée à clé.


Du coup, je me suis mis à crier : « Hé ho il y a quelqu'un ? - Oui ! Qu’y a-t-il ? Répondit un garde. - Bonjour, je souhaiterais une audience avec le roi pour parler de ma planète qui vous sert de poubelle.

Le roi, qui semblait ouvert d’esprit, me laissa rentrer dans son humble demeure. Il me dit qu’il voulait en apprendre plus sur la situation de notre planète. - Bonjour, on m’a dit que vous venez me parler de votre planète qui nous sert de poubelle, me dit le roi qui avait l’air trop enthousiaste à mon goût. - Oui, je viens vous voir pour parler de la planète 2 qui est ma planète. Je voudrais vous parler d’elle, car nous sommes envahis par vos déchets alors que vous n’avez même pas demandé l’autorisation au chef de notre planète. Je vous demande en son nom et au nom de tous ses citoyens de cesser vos agissements.

- Je voudrais bien, mais ça me coûterait trop cher » dit-il en actionnant un levier qui ouvrit une trappe sous mes pieds. Je suis tombé de plus de deux mètres sans me faire mal. J’étais enfermé dans une pièce sombre sans vitre ni porte, ma seule solution était de pouvoir rouvrir la trappe qui était au-dessus de ma tête. En réfléchissant bien pendant de plusieurs minutes, j’ai eu une idée lumineuse. En gonflant ma fusée de poche, je pourrais peut-être sortir de cette « prison », le seul problème est que ma locomotion aérienne a besoin d’énergie solaire pour se gonfler. Ma seule chance de sortir était de gonfler la fusée au moment où un garde ouvrirait la trappe pour me donner à manger. Deux heures plus tard, une personne de petite taille ouvrit la trappe.

« Psssst monsieur, vous allez bien ? Chuchota la personne. - Bonjour, mais qui êtes vous monsieur ? Lui répondis-je. - Je suis le chef de la résistance de cette planète, je vous ai vu et entendu d’en bas. Je souhaiterais vous recruter dans la résistance aujourd’hui, car nous préparons un coup d’État. Si vous acceptez de nous aider, on laissera votre planète vivre sa vie en arrêtant de déposer nos déchets sur celle-ci. - Je veux bien, mais à une seule condition. - Oui, laquelle ? - Que vous cherchiez des solutions pour recycler vos déchets ou, à défaut d’autre chose, les entreposiez sur une planète non habitée. - Marché conclu ! » dit-il en me remontant.

Une fois arrivé derrière la chaise du roi, le personnage de la rébellion attendit qu’il revint de sa balade. Vingt minutes plus tard, le roi rentra et s’assit sur sa chaise, sans pouvoir dire ouf la personne qui était cachée derrière lui le tua. Je vous épargne les détails, mais c’était horrible. Le lendemain, la rébellion prit le pouvoir et tout le monde était content, car l’ancien roi ne faisait que des lois qui l’avantageaient et désavantageaient le peuple. Je suis allé voir le nouveau dirigeant pour lui dire au revoir et le remercier de ce qu’il avait fait pour moi et ma planète.

« Au-revoir et merci. - Oui, mais si tu n’étais pas venu, je n’aurais pas eu de raison valable pour le tuer et encore moins devenir le nouveau dirigeant de cette planète. » Une fois revenu sur ma planète, les déchets avaient disparu et mon monde était sauvé.



Par Marius Leffondre


Elève de 4eD, Collège Simone Veil de Lamballe