Le goût des autres : Hommage à la diversité





Regarder un film, c’est observer le monde à travers le regard de son réalisateur. Faire un film, c’est presque mener une démarche journalistique pour raconter la vraie vie des gens.


J’ai découvert ce film lors d’un hommage rendu au célèbre et regretté Jean-Pierre Bacri. Dans cette comédie française de 2000, nous retrouvons ce grand nom du cinéma (dans le rôle de Jean-Jacques Castella) accompagné de la créative Anne Alvaro (Clara Devaux) et tant d’autres acteurs. Il a été réalisé par la talentueuse Agnès Jaoui.


Parlons de l’histoire. Ce film nous montre un chef d’entreprise, marié à une femme vivant dans le monde des bisounours. Lors d’une représentation au théâtre de « Bérénice », ce chef d’entreprise trouve l’actrice principale d’un charme particulier, séduisante à souhait. Voulant en savoir davantage sur elle, il la retrouve dans sa loge pour la féliciter. Il en profite pour lui demander des cours d’anglais. Étant comédienne et sachant parler anglais tout en ayant peur du chômage qu’il l'attend, elle accepte et présente à ce pauvre homme peu cultivé, la possibilité d’entrer dans un nouveau monde culturel. Lui, voulant en profiter pour mieux la connaître, organise ces cours hebdomadaires d’anglais. À cette intrigue viennent s’ajouter d’autres histoires amoureuses. Évidemment, puisque c’est une comédie, rien ne va se passer comme on le penserait.


Les histoires vont se mélanger et chacun va trouver “ le goût de l’autre ”, d’où le titre de ce film que j’ai réellement apprécié. Le dénouement nous fait prendre conscience, nous spectateurs, de nos préjugés par rapport aux gens, parfois selon leur classe sociale. Ce genre de réalisation, expérimentée par le duo iconique Bacri/Jaoui, sait mettre la morale en avant, sans nous donner de leçon, mais en la dévoilant par l’exemple. Par la même occasion, les défauts de l’homme et du facteur humain, d’une rare complexité, nous sont révélés peu à peu.

Pour finir, j’en profite pour rendre hommage à cet acteur qui manque à tout cinéphile. Je parle bien entendu de Jean-Pierre Bacri, ce petit génie aimant, animé de cinéma et de politique. Paix à vous sur la Terre comme au ciel ! « Attention, ça va couper ! »…



Louise Benetreau