Le respect de la dignité des migrants n'est pas négociable





Qu'est-ce que la dignité ? C'est un droit fondamental, c'est le respect de soi et des autres. Les migrants arrivant sur notre sol y ont droit, eux aussi. Au lieu de cela, ils sont traités comme des objets. En effet, les droits au logement et à la santé, effectifs en France, ne leur sont pas accordés. Nombreux sont ceux qui dorment dans la rue contrairement à ce que dit le code de l'action sociale et des familles, qui donne l'obligation à l’État d'héberger toutes les personnes vulnérables. La rue, ça détériore la santé :

madame A en a fait les frais. Malade et sans logement, elle a finalement été prise en charge par hôpital, mais elle est restée paralysée suite à un AVC. Puis elle a été remise à la rue.


Face à ce triste constat, ce malheur, nous devons proposer des solutions. L'accès au droit doit être facilité, à commencer par obtenir des papiers permettant d’avoir accès à l'égalité avec le reste de la population française : la carte vitale est essentielle pour avoir une couverture médicale et être accompagné si on est handicapé. Mais il faut aussi garantir l'accès à un logement convenable, par exemple en offrant plus de place d'hébergement. Tout cela n'est pas une question de moyens, c'est une question de principes.


Mariame Mounir