Pourquoi les écologistes ne sont-ils pas pris au sérieux ?






« Ce qui est très étonnant par rapport à la catastrophe écologique c’est que les analyses sont dans ce cas beaucoup plus unanimes, il y a beaucoup moins de différences et de divergences… et portant les recommandations ne sont pas du tout suivies! »



Dans cette citation Aurélien Barrau, astrophysicien spécialisé dans la physique des trous noirs, compare la crise sanitaire actuelle à la crise écologiste. De nombreuses personnes se lèvent aujourd'hui contre nos habitudes de production pour générer une c onscience écologique et donc faire changer les choses, ces individus peuvent venir de tous milieux. Nombreux sont les scientifiques qui expliquent la gravité de la situation actuelle. Alors pourquoi ne sont il pas pris au sérieux ?



Un premier élément de réponse est que, les préoccupations actuelles ne sont pas là, mais sont dans la finance, la richesse et la consommation. Pour donner un exemple, Galbraith, économiste américain, nous parle de la « filière inversée », il explique que les publicités créent un besoin, et donc créent une consommation non utile. Les enjeux économiques sont plus importants et ne sont pas compatibles avec des politiques écologiques.



Un second élément de réponse tient au fait que le danger fait peur. Des Occidentaux ne sentent pas touchés directement, car ils se sont construit un voile de vérité, et donc entraîne un cautionnement, passif ou actif, ou du moins une acceptation d’une forme d’ignorance face à la réalité. Pour discuter du rapport à la réalité que les gens ont, il suffit de prendre l’exemple de la viande. Tout le monde est bien d’accord sur le fait que, pour manger un animal, il faut le tuer. Néanmoins la plupart du temps lorsque nous mangeons, l’animal est quelque chose d’intrinsèque à la viande.

Ce mélange entre l’invisibilité des phénomènes écologiques, et le manque de volonté globale de changer ses priorités, empêche les écologistes de faire changer les choses.



Les « écolos » ne sont pas pris en sérieux rien que par leur surnom, qui renvoient à des préoccupations sans importance.

Il est quand même important de préciser que de plus en plus d’individus prennent pleinement conscience de la situation actuelle et de sa gravité.



Par Théo JOBKEL