Quai d’Orsay : « Notez Arthur ! »




J’ai découvert le long métrage « Quai d’Orsay » datant de 2013, réalisé par le regretté Bertrand Tavernier, où joue Thierry L’hermitte (Alexandre Taillard), l’un des membres de la troupe du Splendid (tout juste césarisé cette année), Raphaël Personnaz (Arthur Vlaminck), et autres acteurs comme Niels Arestrup (Claude Maupas), la meilleure actrice 2019, Anaïs Demoustier (Marina) et bien-sûr l’acteur fétiche de Tavernier que l’on peut retrouver dans « L.627 » Didier Bezace (Jean-Paul François).



Un jeune diplômé, Arthur Vlaminck, est chargé de rédiger des discours pour le ministre des affaires étrangères. Toutefois, ce ministre, Alexandre Taillard de Worms, a une image bien à lui de ce qu’il doit y avoir dans chacun des discours. Cela peut être un peu pénible mais comme dit Maupas, le directeur de cabinet : « C’est un bon exercice ».



A cela vient s’ajouter, 5 autres conseillers : Europe (Sylvain Marquet) ; Europe-Asie (Guillaume) ; Moyen-Orient (Cahut) et Afrique (Valérie) et le directeur stratégique (Castella) qui casserait le moral à une fourmilière. J’adore ce film ! Ce monde politique rempli par la géopolitique tendue, par les négociations parfois tordues, nous fait dire que l’humain est décidément bien complexe et la liberté bien fragile.



Cette vérité, Tavernier l’aborde doucement grâce à un registre comique qui ô combien marche. Il nous fait bien rire, que ce soit les répliques, la musique ou bien les situations notamment les micro-siestes de Maupas, sans oublier les fameux fragments d’Héraclite.



Hommage à Bertrand Tavernier, réalisateur, scénariste, producteur et écrivain, prônant la liberté. Grand défenseur, engagé, ayant fait de très bon films réalistes tels que « L.627 », « Coup de torchon », « L’appât » et tant d’autres... Nous le regrettons et le regretterons tous. On pense à vous là-haut !



Louise Bénétreau