violence programmée



Si l’on observe l’impact d'Internet sur les jeunes, on peut affirmer qu’en général, l’utilisation des réseaux sociaux et des médias sociaux offre certainement quelques avantages, mais aussi de dangereuses expositions à des violences choquantes.

Admettons-le, nous sommes (presque) tous accros aux réseaux sociaux, que ce soit pour le personnel ou pour le travail. D’un point de vue individuelle, les réseaux sociaux facilitent la communication entre les membres éloignés d’une même famille, d’un cercle d’amis, voire, des groupes de personnes encore plus grands, qui vivent aux quatre coins du monde et qui ont besoin de partager le déroulement de leurs vies. Ces réseaux servent aussi à développer le " capital social", c'est-à-dire l’ensemble des avantages que l’on tire des relations et des interactions avec les autres, mais aussi à se forger une identité propre.


Les comportements humains sur les réseaux varient énormément. Certaines personnes profiteront d’être derrière un écran pour humilier et/ou harceler d’autre (s) camarade (s) ou bien des personnes qu’ils ont seulement en contact "ami " à travers ce réseau. Selon l’UNESCO, en 2017, 246 millions d’enfants et d’adolescents étaient victimes de cyberharcèlement dans le monde. En 2019, le harcèlement scolaire peut prendre différentes formes, physiques tout d’abord, mais également en ligne via les réseaux sociaux et les téléphones portables.


Il y a quelque temps déjà, un homme a lancé plusieurs macabres vidéos en direct depuis son compte Facebook. Après avoir annoncé qu'il voulait tuer quelqu’un dans la première, il a mis sa menace à exécution et a assassiné en direct un homme de 74 ans dans une deuxième. Dans la troisième vidéo, il annonçait qu’il avait tué treize autres personnes (les autorités de police n’ont pas confirmé cette information). Cet homme, Steve Stephens, s'est donné la mort par la suite.


Deux heures après la publication de l’une de ces vidéos, un internaute a finalement signalé le contenu, et Facebook a supprimé quelques minutes plus tard le compte de cet individu. Pourtant, il semble que plusieurs millions de personnes aient visionné l’une des vidéos de Steve Stephens. L'impact de ces vidéos sur les publics concernés mériterait certainement une analyse complète...


Ahdidan Dounia