Vous ne croirez jamais ce qui est révélé dans cet article !




Reptiliens francs-maçons à la tête de gouvernement, complot du 11 septembre 2001 ou encore implantation de puces 5G dans nos corps à l’aide de la vaccination contre la COVID19, les théories du complot ont désormais pignon sur rue.



Tout le monde peut partager son avis sur les réseaux sociaux sans trouver réellement de contradicteurs. C’est la conséquence directe de la structure de ces réseaux qui favorisent l’entre-soi : les utilisateurs constituent leur communauté d’abonnés et échangent majoritairement entre eux. De plus il est très chronophage de réfuter toutes les fausses informations – même grotesques – et vous risquez toujours qu’on ne vous croie pas.



Il existe pourtant un moyen simple pour ne pas tomber dans le piège conspirationniste : le raisonnement logique. En effet, un cerveau habitué à reconnaître le mensonge se fera rarement avoir. Posez-vous les bonnes questions. N’oubliez jamais que les assertions extraordinaires requièrent des preuves de la même nature. Des preuves ? Bonne idée parlons-en ! Une preuve, c’est ce qui permet d’établir qu’une chose est vraie. Par conséquent ce qui est affirmé sans preuve peut être réfuté sans effort. Dans sa forme la plus forte – celle mathématique – la preuve est un exercice parfois complexe qui nécessite plusieurs étapes et repose sur des faits établis. Sans pour autant s’imposer une telle rigueur, il est important de garder l’esprit sceptique en toutes circonstances et de muscler sa pensée en toutes occasions.



Les techniques d’argumentation malhonnête sur Internet sont quasiment toutes du même acabit. La plus connue est l’inversion de la charge de la preuve : pouvez-vous prouver que les licornes n’existent pas ? Que nous ne sommes pas gouvernés par des reptiliens ? C’est celui qui affirme quelque chose qui a la charge de la preuve. Une autre méthode consiste à imposer un faux choix à son interlocuteur, on appelle ça l’enfermer dans une fausse dichotomie : si tu ne crois pas aux reptiliens alors c’est que tu en es un ! Non… Malheureusement. On peut ne pas croire au complot reptilien sans en être un – tout comme l’on peut ne pas croire en l’existence de reptilien et en être un soi-même. Terrifiant.



Il y a-t-il cependant une limite à la méthode logique ? Tout le monde a en tête la fameuse citation de Pascal : « le cœur a ses raisons que la raison ignore ». On peut tout à fait croire en quelque chose sans en avoir la preuve formelle même en cherchant de la manière la plus sincère. Il faut alors introduire la notion de vraisemblance. La vraisemblance d’une affirmation nous permet de juger si nous devons croire on non en celle-ci. Bien que toutes les affirmations ne soient pas directement mesurables, on peut tout à fait leur rattacher des critères observables qui leur sont propres.



On ne peut pas mesurer la vraisemblance d’un Dieu, mais on peut mesurer la vraisemblance de ses attributs : transformer l’eau en vin, s’envoler au paradis à dos de cheval ailé, etc. Prenez alors la décision de croire en une affirmation qui ne peut pas être prouvée si elle est assez vraisemblable. Abstenez-vous de prendre parti si vous ne pouvez pas conclure.



Par Vivien DUPONT